Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Recherche

Archives

28 juin 2006 3 28 /06 /juin /2006 22:51

Jamais aucun programme de la gauche n'a manqué de faire paraître la mariée plus belle qu'elle ne l'est.
Un programme de gauche c'est d'abord un catalogue d'avantages sociaux ponctuellement élaboré pour des promesses électorales sans financement budgétaire conduisant à un accroissement du déficit des finances publiques.
L'économie de la nation, c'est une évidence, est du point de vue de la comptabilité nationale, en cessation de paiement.
L'impôt sur le revenu ne suffit plus à lui seul à couvrir  les intérêts de la dette publique.

Ce constat accablant ne semble pas troubler outre mesure nos politiques, ni même à chercher à en diminuer l'importance.

Du point de vue héritage générationnel, c'est un crime de laisser ce passif à une jeunesse qui ne profitera même pas des mêmes conditions de vie que leurs aînés.


Or, faire des réformes sociales sans ressources financières disponibles, c'est d'une part, ponctionner d'avantage les classes moyennes par une fiscalité de plus en plus spoliatrice du fruit du travail, et d'autre part accroître plus encore, la dette de la nation.


Souvenons-nous, les 35 heures ont été en partie financés par une ponction de 20 Milliards de francs prélevés sur les recettes de l'Assurance Maladie.


Ce n'est pas un débat pour ou contre les avantages sociaux. Le véritable débat porte sur notre capacité effective à pouvoir d'abord continuer à financer des dépenses supérieures aux recettes fiscales et d'autre part accroître encore ces mêmes dépenses par de nouvelles lois sociales.

Le catalogue des réformes sociales ne  manque pas d'ambition, ainsi il explore de nouvelles idées comme  la dotation d'un revenu accordé au statut des étudiants ou encore la garantie des loyers impayés sans oublier la garantie d'un SMIC de 1500 Euros.

Pour justifier cette dernière promesse, la gauche se référe aux bénéfices enregistrés par les entreprises du CAC 40, comme si le tissu économique et industriel était exclusivement composé par les Grandes Entreprises côtées en bourse.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Articles Récents